Chirurgie de la hernie Discale Lombaire

Chirurgie de la hernie Discale Lombaire

L’ablation chirurgicale d’une hernie discale lombaire responsable d’une douleur sciatique ou crurale invalidante et qui résiste au traitement médical conservateur depuis au moins six semaines permet de lever la compression et de libérer la racine nerveuse.
Cette intervention se fait le plus souvent sous anesthésie générale.

L’accès à la colonne vertébrale par une incision chirurgicale limitée permet au chirurgien de visualiser la hernie compressive à l’aide de loupes chirurgicales ou autres. La mobilisation de la racine nerveuse peut s’avérer nécessaire afin d’accéder à la hernie discale et le chirurgien s’attache toujours à conserver le plus possible le disque intervertébral afin de ne pas altérer sa fonction.
Un drain peut être posé permettant de limiter le risque de constitution d’un hématome.

Le patient est levé le plus souvent le soir de l’intervention. Le levé peut être différé de deux ou trois jours en cas de survenue d’une ouverture de l’enveloppe des nerfs ou dure mère (déhiscence ou brèche durale).
La durée de l’hospitalisation est souvent de deux nuits. Une marche quotidienne et une mobilisation après la chirurgie est recommandée.
Le port d’une ceinture lombaire est le plus souvent prescrit pendant la période post-opératoire.
Le délai de reprise des activités physiques et sportives ainsi que la reprise des activités professionnelles est un élément variable et sera ajusté selon les cas.
Des conseils et une éducation à l’hygiène vertébrale vous serons recommandés afin d’optimiser l’utilisation de votre dos en fonction de votre profil.

QUELS SONT LES RISQUES CHIRURGICAUX:

  • Infection du site opératoire.
  • La déhiscence ou brèche durale (enveloppe des nerfs contenant le liquide céphalo-rachidien). Lors de sa survenue elle est suturée par le chirurgien. Une période de décubitus prolongé permet de limiter le risque de fuite ultérieure de liquide céphalo-rachidien.
  • Hématome post-opératoire pouvant nécessiter une évacuation et un drainage.
  • Trouble neurologique des orteils, du pied, ou de la jambe, moteur ou sensitif.
  • Douleurs résiduelles en bas du dos (lombalgies) ou dans la jambe si une atteinte du disque est associée ou lors des compressions par hernie discale volumineuse ou prolongée.
  • Récidive: une récidive précoce ou tardive peut survenir au même étage ou aux étages adjacents.

Important :
Le but de cette page est pédagogique et informatif. Elle ne se prétend pas être exhaustive ou assurant une information officielle quand à la pathologie concernée.
Elle ne remplace pas les explications fournies par votre chirurgien, et les fiches d’information patients disponibles sur le site de la Société Française de Chirurgie du Rachis : sfcr.fr